logo   titre.gif (5875 octets)
 
Quick search:

-> Go

Order a result
Our policy
Our Goals

Why do you need us?

Disclaimer
Mailing-list

Biosoluce - Best of the best, clique vite !
 

cliquez pour agrandir
Une mode de la fin des années 1970 relancée par Bill Clinton au siècle dernier. Le prochain président français redécouvrira-t-il pour nous l’aérobic et le stepping ?
Photo : The President’s Council on Physical Fitness and Sports
Cardiaques s’abstenir !
Depuis l’élection de Nicolas Sarkozy la pratique du jogging prend des proportions inquiétantes

La pratique du jogging a brutalement progressé au cours des jours qui ont suivi la prise de fonctions de Nicolas Sarkozy, c’est ce que semble indiquer notre étude. Bonne nouvelle ? Cela reste à voir, car ce sport est loin d’être aussi inoffensif qu’on peut le croire.

Comme chaque nouveau président français, monsieur Nicolas Sarkozy a voulu, dès sa prise de fonctions, se démarquer de ses prédécesseurs. Georges Pompidou, en 1969, avait par exemple troqué l’austère habit de président, très "second empire", pour une simple veste et un col-roulé, renvoyant une image de modernité. Valéry Giscard d’Estaing avait même été jusqu’à refuser l’habit de président pour sa photographie officielle, ce qui constituait une première. Il a par ailleurs fait son premier discours de président en Français puis en Anglais. Élu à 48 ans seulement, il n’hésitait pas à se donner une image d’homme proche du peuple en s’invitant chez des citoyens ou en invitant des gens modestes à l’Élysée, en jouant de l’accordéon - l’instrument le plus populaire à l’époque - et en disputant des parties de football malgré un physique qui ne s’y prêtait pas forcément. Son successeur, François Mitterrand, tout en refusant lui aussi, autant que possible, le costume présidentiel, a imposé une marque plus solennelle : son septennat s’ouvrait sur une pompeuse marche vers le Panthéon et pour sa photographie officielle, il pose en tenant un livre ouvert et en tournant le dos à une bibliothèque d’ouvrages reliés et dorés, s’inscrivant par l’image dans une perspective académique, intellectuelle et bourgeoise, propre à rassurer ceux que l’idée d’une présidence socialiste angoissait. Jacques Chirac quand à lui entame son premier septennat par un bain de foule populaire suivi d’une course-poursuite improvisée : le président et son épouse parcourent Paris, suivis par les motos des journalistes. L’image renvoyée est ici celle d’un président sans façons, effectivement proche des gens. Conscient de la sympathie qu’il inspire y compris à ceux qui rejettent ses idées, Jacques Chirac divisera d’ailleurs par deux le nombre de ses gardes du corps - que son successeur doublera à nouveau.

Nicolas Sarkozy devait se positionner vis à vis de ces présidents du passé et a choisi pour sa part de s’inspirer des images d’archives américaines, en parfaite cohérence avec sa fascination pour la patrie de la bannière étoilée. Au cours de son ascension politique, on l’a notamment vu instrumentaliser sa famille à la manière de la "tribu" Kennedy ou évoquer publiquement ses problèmes conjugaux comme l’avait fait Bill Clinton. C’est d’ailleurs à ce président des années 1990 que Nicolas Sarkozy empruntera aussi sa pratique démonstrative du jogging. Encadré par des gardes du corps et des journalistes, parfois accompagné de ses ministres, Nicolas Sarkozy fait tous les jours un ou deux tours de l’Élysée en short, renvoyant l’image d’un homme politique en mouvement, dynamique, soucieux de sa santé (il s’interdit à ce sujet d’apparaitre une cigarette au bec sur les photographies de presse) et peu économe de sa sueur. La manière dont il impose à ses ministres et à ses secrétaires d’état de le suivre nous renvoie en revanche à une autre tradition, celle de rois de France tels qu’Henri IV, que les grands du royaume étaient invités à suivre à la chasse, ou à Louis XIV, qu’il fallait accompagner, mais jamais devancer, dans ses promenades.

Reste que cette pratique peut à terme poser un véritable problème de santé publique. En effet, pour une personne mal ou peu entrainée, et parfois même pour des coureurs aguerris, ce sport est la cause de différentes affections telles que la bursite, les tendinites (notamment la tendinite poplitéenne et la tendinite du talon d’Achille), des déchirures, des élongations, de l’arthrose, des lombalgies, une perturbation du cycle menstruel chez la femme, des tassements vertébraux, une hypertermie, de la déshydratation, un dérèglement général de l’appareil cardiaque/vasculaire, l’aggravation des affections coronaires, des adénopathies épitrochléennes, de la chondromalacie rotulienne, des problèmes pulmonaires, des névralgies, des céphalées aigües et de l’hématurie, sans compter sur les microtraumatismes cartilagineux ou osseux qui ne se détectent parfois que des années plus tard. Le cas particulier de ce sport est qu’il vaut mieux éviter de le pratiquer plus de dix minutes d’affilée, alors même que ses bénéfices (augmentation du potentiel cardiaque, fonte des graisses) ne se manifestent qu’au bout d’une demi-heure d’exercice. De plus, cette pratique est avant tout intéressante pour les personnes en surpoids, personnes à qui la médecine déconseille pourtant le footing, la pression exercée sur les genoux des joggers se révélant dangereuse chez les obèses. Enfin, l’air de Paris n’est pas très sain et courir de cette manière n’a rien de prudent.

Les électeurs de Nicolas Sarkozy sont concentrés dans la tranche d’âge dite des "séniors" puisqu’ils sont majoritairement âgés de 60 ans et plus. Cette population est particulièrement vulnérable aux problèmes de décalcification osseuse ou de fragilité cardiaque. S’il s’avérait que ce sont effectivement ses électeurs qui imitent Nicolas Sarkozy dans sa passion du jogging, cela pourrait rapidement poser un problème de santé publique et, à terme, miner un peu plus le déficit de la sécurité sociale, car en dehors des accidents cardiaques fatals, les affections qui découlent de la pratique du jogging coûtent cher à la communauté.


imprimez cette pageImpression de cet article
 

Jocelynn Zoe Charming
Biologiste émérite, ancienne reine du lycée dans le Minnesotta. De cette première carrière, elle conserve un sourire éclatant, un goût pour la beauté et la bonne santé et de longs cheveux blonds.


Publicité

 

Twitter Facebook

 
 
Toutes nos rubriques : Accueil Actualité Anthropologie Apiculture Automédication Biologie Développement durable Diététique Droit Économie Épidémiologie Épistémologie Ethologie Gender studies Génétique Hypocondrie Neurologie Parasitologie Pédagogie Philologie Philosophie Physique Santé Sciences de l’éducation Sport Théologie Théorie du complot Ufologie Zoologie Liens externes
 
Who we are | Press | How we work | How you can help | My Account |