logo   titre.gif (5875 octets)
 
Quick search:

-> Go

Order a result
Our policy
Our Goals

Why do you need us?

Disclaimer
Mailing-list

Biosoluce - Best of the best, clique vite !
 

cliquez pour agrandir
Peut-on contrôler électriquement un neurone de criquet soumis à une projection du film Star Wars ? Oui !
Photo : Nasa (domaine public)
Une édition explosive
igNobel 2005

La 15e cérémonie de remise des prix igNobel s’est tenue comme chaque année au théâtre Sanders d’Harvard, le 6 octobre 2005. Les prix igNobel récompensent chaque année depuis 1991 des recherches scientifiques atypiques ou fantaisistes.

En section Histoire agricole, James Watson de l’Université Massey (Nouvelle-Zélande), est venu chercher son prix en récompense de son mémoire sur « la signification du pantalon explosif de Richard Buckley ». Par ses recherches, James Watson a percé le mystère des pantalons explosifs en Nouvelle-Zélande dans les années 1930 : le chlorate de sodium, combiné aux fibres organiques des vêtements en laine ou en coton peut devenir violemment explosif.

En Physique, John Mainstone et Thomas Parnell, de l’Université de Queensland, en Australie, sont récompensés pour leur patience dans la conduite d’une expérience commencée en 1927 et consistant à observer le très lent mouvement d’une masse de goudron noir congelé s’échappant d’un entonnoir au rythme d’environ une goute de poix tous les neuf ans. Thomes Parnell est décédé, mais John Mainstone était présent à la cérémonie.

Le prix igNobel Médecine échoit à Gregg Miller de Oak Grove dans le Missouri, inventeur des "Neuticles", une prothèse de testicules pour chiens, disponible en trois tailles et en trois degrés de fermeté (breve US Patent #5868140). Gregg Miller, absent physiquement à la cérémonie, était représenté par un discours filmé.

En Littérature, sont récompensés les entrepreneurs nigériens qui ont utilisé l’e-mail pour distribuer dans le monde entier et auprès de millions de lecteurs une série de morceaux littéraires consacrés à un panthéon de personnages hauts en couleurs : le General Sani Abacha, Mme Mariam Sanni Abacha, Barrister Jon A Mbeki Esq., et bien d’autres., qui demandent tous une petite somme d’argent afin de permettre à leurs lecteurs d’accéder à une puissance financière exceptionnelle qu’ils sont ravis de partager avec ceux qui auront eu l’obligeance de les assister.
À ce sujet, nous nous permettons de vous rappeler l’existence du site de Julia Brandeau, consacré à ces littératures.

Le prix igNobel de la Paix revient à Claire Rind, présente à la cérémonie, et à Peter Simmons, de l’Université de Newcastle (Royaume uni), qui ont réussi à piloter électroniquement une cellule neuronale d’un locuste (variété de criquets) soumis au visionnage d’extraits choisis du film Star Wars.

Le prix Économie récompense les travaux de Gauri Nanda, du Massachusetts Institute of Technology (MIT), qui assistait à la cérémonie et qui a inventé un réveil-matin capable de courir se cacher après avoir déclenché sa sonnerie, afin de s’assurer que les gens finissent effectivement par quitter leur lit. Une telle invention est susceptible d’augmenter la productivité générale des travailleurs.

En Chimie, ce sont deux chercheurs de l’Université du Minnesota, Edward Cussler et Brian Gettlefinger, qui se sont déplacés pour recevoir leur prix. Leur recherche portait sur la résolution d’une vieille question scientifique : nage-t-on plus vite dans l’eau ou dans le sirop ?

En Biologie, le prix a été attribué à cinq chercheurs universitaires et privés australiens, Benjamin Smith, Craig Williams, Michael Tyler, Brian Williams et Yoji Hayasaka. Leur travail portait sur un recensement des odeurs singulières produites par 131 espèces différentes de grenouilles lorsque ces dernières sont soumises à un stress. Benjamin Smith et Craig Williams représentaient leur équipe lors de la cérémonie.

En Diététique, le prix a été remis en mains propres au docteur Yoshiro Nakamats, de Tokyo, qui a photographié puis analysé chaque repas qu’il a pris pendant 34 ans.

En Dynamique des fluides, le prix revient à Victor Benno Meyer-Rochow, des universités de Brème en Allemagne et de Oulu en Finlande, ainsi qu’à Jozsef Gal de l’Université Loránd Eötvös, en Hongrie, qui ont calculé la pression intérieure d’un pingouin en train de déféquer afin d’expulser son guano loin de son nid sans en bouger. Les deux chercheurs n’ayant pu obtenir un visa pour se rendre aux États-Unis, le docteur Meyer-Rochow a envoyé un discours de réception filmé.


imprimez cette pageImpression de cet article
 

Jocelynn Zoe Charming
Biologiste émérite, ancienne reine du lycée dans le Minnesotta. De cette première carrière, elle conserve un sourire éclatant, un goût pour la beauté et la bonne santé et de longs cheveux blonds.


Publicité

 

Twitter Facebook

 
 
Toutes nos rubriques : Accueil Actualité Anthropologie Apiculture Automédication Biologie Développement durable Diététique Droit Économie Épidémiologie Épistémologie Ethologie Gender studies Génétique Hypocondrie Neurologie Parasitologie Pédagogie Philologie Philosophie Physique Santé Sciences de l’éducation Sport Théologie Théorie du complot Ufologie Zoologie Liens externes
 
Who we are | Press | How we work | How you can help | My Account |